Virginie Verfailie

Chers membres, chers amis,

 

L’Association pour le Retournement des Entreprises, regroupe plus de 250 membres, tous professionnels du redressement des entreprises en difficulté. Qu’ils soient administrateurs judiciaires, auditeurs et conseils financiers, avocats, banquiers, investisseurs, managers de transition et conseils opérationnels ou universitaires, la même volonté les anime : promouvoir l’excellence, préserver les entreprises et l’emploi et favoriser l’investissement.

Et pour cela, l’ARE est un formidable outil.

Constituée en 2002 sous l’impulsion de Nicolas de Germay afin de développer et promouvoir une pratique reconnue et respectée du retournement des entreprises, elle a su aller encore plus loin grâce à un travail considérable de ses membres, notamment au sein des différents comités.

L’ARE doit poursuivre son travail d’évangélisation auprès du monde de l’entreprise en renforçant les colloques organisés depuis 2018, en partenariat avec les Tribunaux de Commerce. Après Lyon en 2018, Lille en 2019, avec l’intervention de Monsieur Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France, ce sera Marseille en 2020. De grands chefs d’entreprise ont accepté d’y intervenir afin de faire part de leur expérience ; nous devons poursuivre dans cette voie et en convaincre d’autres grâce à l’aide de nos membres.

Les interventions de grands professionnels lors de nos petits-déjeuners trimestriels ouvrent les champs du possible et nous montrent la voie de l’excellence. Ce sont des moments forts de l’ARE.

Sur le plan législatif et réglementaire, l’année 2020 sera celle de la grande réforme des sûretés et de la transposition de la directive Restructuration et Insolvabilité et l’ARE est d’ores et déjà impliquée sur ces questions. Notre association est en effet devenue un acteur de référence auprès de la Direction des Affaires Civiles et du Sceau à la Chancellerie et auprès du Ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Après les « 10 Recommandations de l’ARE » en 2013, sous la présidence de Guilhem Bremond, un pas a été franchi lors de la campagne présidentielle de 2017, sous la présidence de Jean-Dominique Daudier de Cassini, avec de nouvelles propositions dont certaines ont été suivies dans le cadre de la loi Pacte du 22 mai 2019. Sous la présidence d’Olivier Marion, ce mouvement s’est renforcé avec la création du Comité des lois, des Techniques et des Pratiques. La communication est un outil essentiel dans cette voie et le rôle de Guillaume Foucault, désigné par le bureau en tant que conseiller en communication, sera primordial.

Mais c’est en amont que tout se joue : pour développer la culture du rebond si chère à nos amis outre-Atlantique, il nous faut agir auprès des étudiants. Le comité des partenariats universitaires créé en 2013, accomplit un travail remarquable en étant partenaire, dans l’ordre chronologique, d’HEC Entrepreneurs, de l’EDHEC, des universités Panthéon Assas et Paris-Dauphine. Et en 2020, ce sera l’ESSEC.

Il nous faut également renforcer les liens avec d’autres associations favorisant le retournement

Il est également essentiel de promouvoir les jeunes générations et le comité d’admission y veille, sous la houlette de Cédric Colaert, ancien président de l’ARE.

Enfin, la dixième édition du Prix Ulysse en 2020, sera marquée par le haut patronage et la présence de Madame Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances. Pari osé, celui de créer le prix du meilleur retournement avait-on dit à Nicolas de Germay en 2011. Mais Nicolas a été visionnaire et le succès du prix Ulysse démontre combien les entrepreneurs sont fiers du travail accompli avec leurs équipes. En voyant ces chefs d’entreprise que nous admirons, recevoir le prix Ulysse, nous sommes également fiers de notre métier.

C’est pour moi un honneur de présider cette belle association et je remercie les membres de l’association et du bureau de leur confiance.

Virginie Verfaillie