Newsletter ARE du 7 septembre 2020

Entraide

[vc_single_image image=”4498″ img_size=”full” alignment=”center”][vc_single_image image=”4492″ img_size=”full” alignment=”center”]

RETOURS est la newsletter des membres de l’ARE.

Les propos qui y sont tenus n’engagent que leurs auteurs.

A l’instar des publications d’information, RETOURS entend donner la parole à tous les points de vue.

[vc_single_image image=”4499″ img_size=”large” alignment=”center”]

Par le Comité Prospectives du Think Tank de l’ARE
(Charlotte FORT, Éric DE BETTIGNIES, Francis DREVAL, Benoit DESTERACT,
Laurent BOUVIER, Renaud MONTUPET, Gilles ROLAND)

[/vc_column_text]

L‘entraide au coeur du retournement des entreprises

Depuis le mois de mars et en l’espace de quelques semaines, toutes les entreprises ont été mises sous tension.

Coup d’arrêt de la production, déstabilisation des équipes, obstacles à la reprise… la crise est globale et interroge tous les modèles économiques.

Chacun se repense et organise sa défense en faisant évoluer son modèle ou en resserrant son core business.

Dans cette course contre la montre, attention à l’angle mort de la prédation économique : comme toujours la crise est accompagnée d’opportunismes voire de malfaisance économique.

Aux enjeux de protection de l’emploi et des filières s’ajoutent ceux de la préservation de notre souveraineté économique, de la relocalisation de nos productions et de la conservation de nos savoir-faire, innovations et patrimoine.

Passée la survie, les enjeux écologiques et de préservation de la sante ne pourront pas davantage être ignorés pour se pérenniser dans le new normal.

L’électrochoc mondialement ressenti avec la prise de conscience de l’état de notre écosystème exige plus de rationalité écologique, sous l’impulsion -nous l’espérons grandissante- des consommateurs.

Pour contribuer à la réflexion collective, trois idées simples nous ont guidé en tant que praticiens du retournement :

  • Nous ne voulons pas revivre ce qui a été observé au sortir des crises passées   => éviter la destruction de savoir-faire qui peut être sauvé.
  • Le mouvement de concentration de l’économie réelle annoncé est une opportunité => la filière pourrait devenir l’écosystème de référence pour le sauvetage des maillons qui la composent.
  • Tous les professionnels du restructuring sont dépositaires d’information de situation sensible de façon protéiforme. Face à eux, de nombreux maillages existent pour renforcer les acteurs ou du moins contribuer à éviter des défaillances, autour des entités les plus “stratégiques” -notion qui prend autant de réalités qu’il existe de prismes (emploi, filière, souveraineté nationale…) que nous connaissons parfois mal.

Parallèlement, nous avons appréhendé une réalité : toute entreprise est “stratégique” pour qui sait la regarder et l’orienter.

Telle entreprise sera stratégique en matière d’emploi, telle autre sera un maillon clef de sa filière qui aura intérêt à la sauver, alors qu’une troisième relèvera d’enjeux de souveraineté nationale. Chaque enjeu a son écosystème avec une richesse et des maillages parfois peu connus.

Il nous est apparu évident que créer des ponts entre ces intervenants et l’ARE serait vertueux et gage d’efficacité dans une période où resserer les rangs est une nécessité.

Nous avons donc voulu défricher et établir une cartographie des meilleurs contacts et réseaux à activer, selon les besoins, à l’attention de tous les membres de l’ARE.

Le cahier des charges retenu est volontairement minimaliste, pour s’insérer dans dans quotidiens déjà surchargés :

  • Confidentialité => contacts à la carte
  • Efficacité => un point d’entrée identifié, avec les coordonnées de la personne à contacter
  • Synergie => maillages existants

Nous avons bien sûr été autorisés par les concernés à transmettre leurs coordonnées aux membres.

Les noms que vous trouverez en face de chaque rubrique sont des volontaires qui ont accepté de devenir l’interlocuteur privilégié de l’ARE, sur leur thème respectif.

Pour obtenir leurs coordonnées directes, il suffira de vous tourner vers le bureau de l’ARE. Cette cartographie sera actualisée au fil de l’eau et au gré des contacts que nous continuerons de nouer.

Les suggestions et contacts de chacun seront les bienvenus. Certains viendront dès la rentrée de septembre animer des petits-dejeuners ARE pour présenter leur action et mieux appréhender la nôtre.

Le premier format sera animé le 17 septembre par Matthieu Kahn, représentant du SISSE -Service de l’Information Stratégique et de la Sécurité Économique- émanation de Bercy et Stéphanie Tison, MEDEF Souveraineté et Fédérations, qui a beaucoup œuvré à nos côtés pour identifier les interlocuteurs pertinents dans nos missions

Suivant, une rencontre avec Marc Mortureux, DG du GIFAS sera organisée pour un moment d’échanges sur la filière et nos outils. Notre but sera atteint si cette infographie aide les actions de nos membres dans leur quotidien et la protection du tissu économique français, pour demain et les jours d’après.

Retours… sur la presse

[vc_row][vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”4503″ img_size=”medium” alignment=”center”]

Le spectre de la déflation menace

Le Figaro, le 1 septembre  : L’inflation est entrée en territoire négatif pour la première fois depuis 2016 dans la zone euro, ce qui traduit un recul des prix à la consommation.[vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”4457″ img_size=”medium” alignment=”center”]

Un plan de relance qui satisfait globalement les économistes

Les Échos, 2 septembre : Les économistes, qui ont été beaucoup consultés par Bruno Le Maire depuis le début de la crise, jugent bien calibré le plan gouvernemental, qui sera dévoilé ce jeudi. Mais ils mettent en avant la nécessité de l’adapter à l’évolution de la conjoncture dans les prochains mois et de soutenir aussi les ménages modestes.[vc_row][vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”4453″ img_size=”medium” alignment=”center”]

Salaires des cadres : le millésime 2020 plombé par la crise du coronavirus

Les Échos, 2 septembre : Baisse des éléments variables de la rémunération, frein à la mobilité externe, chômage… Après deux années fastes, en 2017 et 2018, et une année de stabilisation, en 2019, la crise du coronavirus pourrait provoquer cette année une baisse du salaire médian des cadres du privé qui s’est maintenu à 50.000 euros l’an dernier, selon une étude publiée par l’Apec ce mercredi.[vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”4504″ img_size=”medium” alignment=”center”]

Avec le coronavirus, une récession record pour l’économie mondiale

La Tribune, 1 septembre : Récession en Europe, chute historique du PIB au Brésil, décrochage en Inde… Seule la Chine, où le PIB a rebondi de 11,5% au deuxième trimestre, semble tirer son épingle du jeu.

Partager cette actualité

Facebook
Email
LinkedIn
WhatsApp